La conférence a été organisée par l’Espace méditerranéen de technologie et d’innovation (MSTI) en partenariat avec l’Agence marocaine pour l’énergie durable (MASEN), l’Agence Marocaine pour l’Efficacité Énergétique (AMEE), l’Université Mohammed V de Rabat (UM5), la GIZ, le CNRST, Hydro Québec, et plusieurs autres organismes nationaux et internationaux.

L’IRSEC est considérée comme la plus grande conférence scientifique en Afrique et la région MENA dans les domaines des énergies renouvelables et durables.

Ce grand rendez-vous scientifique « vise à faciliter la discussion et l’échange des connaissances sur les résultats des recherches les plus récentes, ainsi que sur les défis et opportunités actuels et futurs, dans tous les domaines des énergies renouvelables et durables », soulignent les organisateurs. En effet, le public cible d’IRSEC’19 comprend toutes les personnes intéressées par ce sujet, en particulier les chercheurs, les décideurs, les ingénieurs, ainsi que les spécialistes s’intéressant à toutes les questions liées aux énergies renouvelables et durables.

Selon un communiqué de l’IRSEC, son champ d’application couvre un large éventail de sujets d’actualité, notamment les technologies des énergies renouvelables, l’efficacité énergétique, les énergies vertes, le changement climatique, les systèmes énergétiques durables et les réseaux intelligents.

Plus de 400 participants d’une quarantaine de pays ont été au rendez-vous et plusieurs ateliers tutoriaux ont été animés par des experts de renommée mondiale. Ils ont été consacrés à l’utilisation de l’énergie solaire pour la technologie de dessalement, le traitement de l’eau, le pompage et la réutilisation de l’eau, y compris les sciences et technologies connexes pour développer des technologies efficaces et des infrastructures évolutives répondant aux besoins en eau potable.

Le patronat ivoirien a organisé le 21 novembre 2019 à Abidjan le 2ème forum sur l’efficacité énergétique en collaboration avec le Groupe AOB du Maroc et l’Agence Marocaine pour l’Efficacité Energétique (AMEE), avec le soutien de la Compagnie Ivoirienne d’Electricité, la Coopération Allemande et la GIZ.

Ces assises se sont déroulées dans un contexte où le continent africain connaît un processus d’urbanisation rapide ( soutenue par une croissance démographique élevée) qui devrait se prolonger durant les prochaines décennies.

Selon les chiffres officiels révélés par la Banque Mondiale ou la Banque Africaine de Développement, la population de l’Afrique devrait atteindre 2.4 milliards d’habitants d’ici à 2050 dont 55% d’urbains, soit 1.3 milliards de personnes qui vont vivre dans nos villes, contre 455 millions à l’heure actuelle. Dans cette dynamique, l’Afrique n’a pas d’autre choix que de construire de nouveaux bâtiments durables, de restaurer, de rénover ou de réhabiliter les bâtiments existants. Cette transition devra se faire en ayant à l’esprit la réduction du gaspillage au niveau de l’utilisation de l’énergie afin d’optimiser la facture énergétique et améliorer la compétitivité des entreprises.

La Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI), en prenant l’initiative de ce forum à dimension internationale, à travers l’implication active de sa Commission Energie, Qualité, Hygiène, Sécurité et Environnement (E-QHSE), entend s’inscrire dans l’élan de grandes réflexions visant à rendre possible l’agenda 2030 du gouvernement ivoirien. Celui de parvenir à produire 42% de l’électricité ivoirienne à des Energies renouvelables.

Il s’agit, surtout à travers le partage des expériences qui a eu lieu au cours du forum et les recommandations qui en ont découlé, de proposer des solutions technologiques aux dirigeants du secteur privé, aux professionnels du bâtiment, des BTP et des énergies afin qu’ils améliorent l’efficacité énergétique de leurs installations.

La 3ème édition du Salon régional de l’olive de Guercif s’est ouverte vendredi, sous le thème «La formation professionnelle, un enjeu stratégique pour le développement de la filière de la production oléicole».

Organisé par la Direction régionale de l’Agriculture et la Chambre d’Agriculture de la région de l’Oriental, en partenariat avec la province de Guercif, le Conseil provincial de Guercif et l’Association du festival de l’olivier, cet évènement se poursuit jusqu’au 27 novembre courant avec pour objectif principal d’accompagner, consolider et renforcer la dynamique de développement du secteur agricole dans le cadre du Plan Maroc Vert (PMV).

Il s’agit aussi de promouvoir le rôle de la filière oléicole dans l’accroissement du développement au niveau provincial et régional, indiquent les organisateurs.

Lors de cette edition, l'AMEE a mis en place un stand professionnel animé par des équipes de l'agence ( Techniciens, Ingénieurs) mobilisées afin de satisfaire les demandes d'information des visiteurs  sur les activités de l'AMEE en matiére de l'efficacité energétique et sur ses projets en vigueur,  notamment le programme de pompage soliare pour l'irrigation solaire, ainsi que sur la formation et la sensibilisation. 

L'AMEE a participé le jeudi 07 novembre 2019 à une Table ronde "Réussir la Transition Energétique au Maroc". organisée par l’AMCDD avec le soutien de la fondation Friedrich Ebert Stiftung.

Cette table ronde  a eu pour objectif de présenter  l’analyse et les propositions du projet de la Position Paper de l’AMCDD « Pour une véritable transition Energétique du MAROC », avec les principaux acteurs nationaux agissant dans le domaine. 

Elle était l'occasion aussi de partager une lecture de l’état d’avancement de la stratégie énergétique nationale, de Débattre des propositions d’amélioration proposées par l’AMCDD, et de  Développer des recommandations pertinentes pour une transition énergétique réussie. 

Lors de cet évenement M. Saïd Mouline, DG de l'AMEE, a souligné le rôle  crucial que joue  la société civile dans la sensibilisation des citoyens à l'éfficacité énergétique: " La participation de la socité civile à la transition énergétique peut contribuer à la sensibilisation de la population aux enjeux énergétiques et à créer un engagement des citoyens dans la mise en place des mesures de l'économie de l'énergie" 

Il est à rappeler que L'Alliance Marocaine pour le Climat et le Développement Durable (AMCDD) est une alliance de plus de 800 associations et réseaux d’associations marocaines actives dans le domaine des changements climatiques et de développement durable, fondée au Maroc, fin mai 2015.

 

 

 

L’Agence Marocaine pour l’Efficacité Energétique (AMEE) a assisté le 07 Novembre 2019 à l'atelier «Médias pour un futur renouvelable» dans le cadre d'un partenariat énergétique Marocco-Allemand (PAREMA).
 
Cette rencontre a pour objectif d'amorcer une nouvelle ère de coopération, en stimulant la communication médiatique autour des thématiques étroitement liées à la transition énergétique , et en propageant la culture durable au Maroc,où celui-ci s'est fortement engagé dans une véritable transformation énergétique.
 
La nouvelle dynamique de la coopération énergétique Marocco-Allemande s’articule autour du renforcement des investissements allemands dans le secteur de l'énergie, la création de joint-ventures, et le développement de la recherche scientifique.
 
Le Maroc importe plus de 95% de ses besoins énergétiques avec une consommation croissante et une facture énergétique de plus en plus lourde.
 
Dans ce contexte, les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique sont les seuls volets à pouvoir solutionner la problématique énergétique, tout en présentant une source importante d’opportunités d’affaires et de création d’emplois.
 
A cet effet, Mr Saïd Mouline a  précisé "l'importance de l’efficacité énergétique et les chantiers initiés dans les secteurs énergivores, notamment avec la coopération allemande où la culture durable est, avant tout une question de comportement."
Il souligne "le rôle des médias afin de favoriser une prise de conscience des citoyens, et permettre de faire avancer la transition énergétique marocaine."
 
 
Du 30 octobre au 2 novembre, la Fédération nationale de l'Électricité, de l'Électronique et des Énergies renouvelables (FENELEC)  a organisé son Global Show dans le cadre de la Foire internationale de Casablanca (FIC). Celui-ci regroupe la 13e édition d'Elec expo, la 8e édition d'EneR Event et la 7e édition de Tronica Expo. Un évènement international majeur ainsi qu'un pôle régional pour les acteurs de ces secteurs clés.
Le Global Show de la FENELEC était l'occasion pour les visiteurs d'aller à la rencontre de nombreux professionnels du secteur de l'électricité, de l'éclairage, de l'électrotechnique et de l'automatisation industrielle, dans le cadre de la 13e édition d'Elec expo.
De son côté, Ener Event, Salon international des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique, a accueilli des spécialistes des énergies renouvelables d'Afrique et d'autres pays.
L'édition 2019 de Tronica Expo, Salon international des composants électroniques, s'est concentré quant à elle sur les échanges et partenariats entre professionnels du secteur de l'électronique. Un secteur très important pour l'économie marocaine, et l'occasion toute trouvée d'encourager les rencontres ainsi que les signatures de contrats.
Le Global Show de la FENELEC a été inauguré par M. Aziz Rabbah, Ministre de l'Energie, des Mines et de l'Environnement, M. Moulay Hafid Elalamy, ministre de l'Industrie, du Commerce et de l’Économie Verte et Numérique, M. Saïd Mouline, Directeur Général de l'AMEE, M. Badr Ikken, Directeur Général de l'IRESEN. 

Sous le Haut Patronage de S.M le Roi Mohammed VI que Dieu l’Assiste, la 11ème édition du Salon international des équipements, des technologies et des services de l’environnement « Pollutec Maroc 2019 » se tiendra 30 octobre au 2 novembre 2019 à Casablanca.

La cérémonie d’ouverture de cette édition placée sous l’égide du Ministère de l’Energie, des Mines et de l’Environnement est organisé le mercredi 30 octobre 2019 à 14 heures  à l’Office des Foires et des Expositions de Casablanca et présidée par Monsieur Aziz RABBAH, Ministre de l’Energie, des Mines et de l’Environnement.

Le Salon a eu la participation de plus de 250 exposants de 14 nationalités différentes pour présenter les dernières innovations et technologies dans le domaine de l’environnement et du développement durable.

Comme chaque année, l'agence marocaine pour l'éfficacité énergétique a repondu presente à cet evenement grandiose qui est considéré la source d'inspiration et le moyen d'acceder facilement aux solutions, aux innovations et aux rencontrés sur ces marchés.
 
Lors de cette edition, l'AMEE a mis en place un stand professionnel animé par des équipes de l'agence ( Techniciens, Ingénieurs) mobilisées afin de satisfaire les demandes d'information des visiteurs (chercheurs, universitaires, ...etc) sur les activités de l'AMEE en matiére de l'efficacité energétique et sur ses projets en vigueur, ainsi que sur la formation et la sensibilisation. 

A noter que la séance inaugurale de cet événement a vu également l’organisation de la cérémonie de remise des Prix aux lauréats de la 4èmeédition du Programme Cleantech. Destiné aux jeunes entrepreneurs, ce Programme a pour objectif de promouvoir l’innovation et l’entrepreneuriat vert à travers l’organisation de compétitions annuelle spour la sélection des projets verts les plus innovants dans 5 catégories : Gestion rationnelle de l’Eau, Efficacité Energétique, Energies Renouvelables, Valorisation des Déchets, et Bâtiments Verts.

L’Agence Marocaine pour l’Efficacité Énergétique (AMEE) participe à la 10ème édition du Salon International des Dattes au Maroc (SIDATTES 2019), qui a ouvert ses portes, jeudi à Erfoud (Province d’Errachidia), sous le thème « Palmier dattier, levier de l’emploi et pilier de l’économie oasienne ».

La journée d'inauguration a été marquée par la visite du stand de l’AMEE, de la délégation officielle de l'exposition menée par le ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural, de l’Eau et des Forêts, Aziz Akhannouch, en présence du wali de la région de Drâa-Tafilalet, gouverneur de la province d’Errachidia, Bouchâab Yahdih, ainsi que de plusieurs opérateurs économiques et experts du domaine agricole.

Ce salon se veut un espace privilégié pour mettre en exergue l’agriculture phoenicicole, ses enjeux et ses défis et répondre à la nécessité de développer tous les sous-secteurs liés à l’écosystème oasien. Selon les organisateurs, cette édition mettra en avant le rôle majeur de la filière phoenicicole dans le développement de l’économie oasienne et son soutien à l’essor d’une agriculture équitable et durable au Maroc.

L’AMEE participe au SIDATTES 2019 dans le cadre de la promotion et le développement des systèmes de pompage photovoltaïques pour l’irrigation, et dans le but d’informer les agriculteurs sur les atouts et les avantages du pompage solaire.

Le projet « Promotion du développement des systèmes de pompage photovoltaïques pour l’irrigation » ou « GEF-pompage solaire », lancé en 2018, vise la création d’un cadre propice pour la mise en œuvre du programme national de pompage photovoltaïque pour l’irrigation localisée.

Parmi les sujets qui ont été traités lors des ateliers du salon, figurent « Les nouvelles technologies et la nano-irrigation », « Les techniques de valorisation des sous-produits du palmier dattier », et « Le conditionnement et l’énergie solaire ».

L’Agence Marocaine pour l’Efficacité Energétique (AMEE) a organisé une série de séminaires à Casablanca, Rabat et Tanger, en partenariat avec le cluster belge TWEED, sur les performances énergétiques dans les différentes branches de l’industrie. 

Incontestablement, l'un des objectifs que s'est assignée l'AMEE à sa création, soit sensibiliser sur la politique d’efficacité énergétique dans l’industrie, et sur la mise en application du nouveau décret relatif à l’audit énergétique, a été atteint, au cours de ces conférences. 

Tout au long de la journée, en effet, les performances énergétiques qui pourraient être mises en place dans les différentes branches de l'activité industrielle ont été abordées sous différents angles, de différents points de vue, par les intervenants invités à ces séminaires.

Co-organisé en partenariat avec le cluster TWEED, dédié au domaine de l'énergie en Wallonie, Région francophone de Belgique, ainsi qu'avec le soutien de Wallonie-Bruxelles International (WBI -l'administration publique chargée des relations internationales de cette Région), cette série de séminaires a vu la participation de hauts responsables, tant Belges que Marocains, ainsi que de nombreux industriels.

M. Saïd Mouline, a expliqué que "comme chaque année, des actions sont menées dans le transfert de savoir-faire technologiques entre les différents partenaires, tout particulièrement dans l’efficacité énergétique. Dans ce marché, tout le monde est gagnant. Quand on "fait" de l’efficacité énergétique, on réduit sa facture énergétique et l’on devient donc plus compétitif". 

"Aujourd’hui, cette série de séminaires est orienté en direction des industriels, afin de leur montrer que les audits, les actions d’efficacité énergétique, les financements disponibles, permettent aujourd’hui de réduire sa facture énergétique, d'être plus compétitif et d'avoir un impact environnemental positif", a également affirmé Saïd Mouline. 

"Ces rencontres montrent les savoir-faire marocain et belge. C’est une réelle révolution aujourd’hui, il y a de très grands projets dans les énergies renouvelables. Des milliers de petits projets font également baisser la facture énergétique. Nous avons ainsi un certain nombre de toits qui fonctionnent à l'énergie solaire dans plusieurs régions, installés ces dernières années. Cela démontre que les industriels sont bien informés. Il nous faut donc continuer cette sensibilisation", a, par ailleurs, expliqué Saïd Mouline.

La généralisation de l'accès à l’énergie électrique à l'ensemble du continent africain, constitue, par ailleurs, un véritable défi. A ce sujet, Saïd Mouline souligne que "lorsqu'on parle du Maroc, on parle aussi de l’Afrique, et d'une vision élargie à l'ensemble du continent. 600 millions de citoyens africains se trouvent aujourd'hui sans électricité. Il faut donc leur amener cette énergie, mais aussi la leur faire consommer correctement, c’est-à-dire ne pas la gaspiller, afin que de nouveaux modèles économiques puissent tenir la route". 

 

 

Page 1 sur 47

Login Form