L'Université des sciences et technologies de Khalifa à Abu Dhabi (EAU), et l’Agence Marocaine pour l’Efficacité Energétique (AMEE) ont signé le 15 janvier 2020 à Abu Dhabi un protocole d’entente qui couvre les initiatives de recherche dans les technologies écoénergétiques. Ceci notamment à travers des recherches conjointes, le développement de programmes d’échanges d’experts et le transfert de savoir.

Selon cet accord, les deux institutions devront promouvoir et faciliter l’échange et le développement des technologies sous plusieurs aspects de l'efficacité énergétique et des énergies renouvelables, couvrant les matériaux de pointe, les équipements haute performance et l'expertise dans ces domaines. Les deux parties sont conjointement tenues de favoriser le développement et la réalisation de projets verts pilote et innovants dans le des technologies propres. 

Ce Protocole d’entente a été signé par le Dr Arif Sultan Al Hammadi, vice-président exécutif, à l’Université des sciences et technologies de Khalifa, et M. Saïd Mouline, directeur général de l'AMEE.

A cette occasion, le Dr Arif Sultan Al Hammadi a déclaré : « L’Université de Khalifa est réputée pour ses innovations pionnières dans les technologies écoénergétiques couvrant divers domaines des énergies renouvelables et ce protocole d'entente ouvrira la voie à des innovations qui vont atteindre les communautés qui ont besoin d'énergie. Nous sommes ravis d’entamer cette collaboration de recherche avec AMEE et nous pensons que nous serons en mesure d’offrir au Maroc les solutions les plus adaptées à la transition du pays vers la voie des énergies propres. »

M. Saïd Mouline, après avoir détaillé la stratégie exceptionnelle de la transition énergétique marocaine,  a pour sa part souligné l’importance, et le dimensionnement de ce partenariat : « La collaboration avec l'Université Khalifa, réputée dans le domaine de l'environnement et de l'efficacité énergétique, s'inscrit dans notre stratégie de partenariats à long terme. Avec ce partenariat, l'AMEE accompagnera un opérateur majeur, pour lui permettre de faire un pas en avant dans sa démarche durable. L'opérationnalisation de l'efficacité énergétique est aujourd'hui un outil privilégié de bonne gouvernance, elle est essentielle pour réduire la consommation d'énergie et la réalisation d'un taux de croissance de plus en plus significatif. »

A travers la signature de ce protocole d’entente, les partenaires s’engagent dans une étroite collaboration afin de renforcer la coopération bilatérale et de soutenir les initiatives de transition énergétiques via la recherche dans les domaines des technologies écoénergétiques.

 

Monsieur Aziz RABBAH, Ministre de l'Energie, des Mines et du Développement Durable, a présidé le lundi 23 Décembre 2019 au siège du Ministère de l'Energie, des Mines et du Développement Durable, les travaux de la réunion du 4ème Conseil d’Administration de l’Agence Marocaine pour l’Efficacité Energétique (AMEE).

A l’ouverture du Conseil, M. Aziz RABBAH a souligné que le Maroc s’est engagé dans une dynamique de promotion de l’efficacité énergétique, qui constitue un pilier essentiel de la stratégie énergétique nationale, notant que les actions y afférentes ciblent les principaux secteurs consommateurs d’énergie étant le transport, l’industrie, le bâtiment et l’agriculture, ainssi que les differentes niches animant l’économie Marocaine . Il a également rappelé l’importance de la dynamique d’accélération et de concertation engagée par le Ministère, et l’importance des partenariats au niveau national et international réalisés dans ce domaine vital pour l’économie marocaine.

De son côté, Monsieur Saïd Mouline, Directeur Général de l’AMEE, a présenté, le rapport de gestion de l’AMEE du deuxième semestre 2019, ainsi que le plan d’action pour aprobation du budget de 2020.

Dans le même contexte, M. Mouline a démontré lors de cette réunion les avancées du Royaume en matière d’efficacité énergétique dans les différents secteurs (Transport, Bâtiment, Industrie, Agriculture et Éclairage public). Au cours de cette présentation, il a rappelé que la question de l’efficacité énergétique fait partie des grandes orientations de la stratégie énergétique nationale et constitue la pierre angulaire du modèle de la transition énergetique que le Maroc souhaite mettre en place.

Cette réunion a été aussi l’occasion de présenter les projets phares entamés par l’AMEE, à savoir : la mise en œuvre du Décret relatif à l’Audit énergétique obligatoire, la mise en Œuvre du Code de l’Efficacité Énergétique dans le Bâtiment, la promotion de la mobilité durable, l’audit énergétique des flottes de transport, la sensibilisation et le renforcement de capacités des acteurs Marocains et Africains, la mobilisation des financements ainssi que la promotion des systèmes de pompage photovoltaïques pour l’irrigation agricole , et le programme d’Efficacité Energetique dans les mosquées

Au terme de la réunion, et après les échanges avec les membres du Conseil concernant les défis de l’efficacité énergétique dans notre pays, le Conseil d’Administration a approuvé le PV de la Réunion du 3ème Conseil d’Administration de l’Agence Marocaine pour l’Efficacité Énergétique et le budget pour l'année 2020.

L'Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI) en partenariat avec l'Agence marocaine pour l'efficacité énergétique (AMEE) et la Confédération Générale des Entreprises du Maroc (CGEM) ont organisé le 12 décembre 2019 une séance de clôture du le projet de l’Accélérateur industriel de l'efficacité énergétique au Maroc.

Sur une période de dix mois, 18 entreprises marocaines et 13 consultants nationaux d'efficacité énergétique ont suivi le programme de formation et d’accompagnement sur la mise en œuvre du système de gestion de l'énergie à base de la norme ISO 50001. Cette session de clôture vis à récolter le retour d'expérience des participants et les suggestions d’amélioration pour les prochaines éditions.

L’accélérateur Industriel de l’efficacité énergétique sert de plateforme de connaissances pour élaborer et partager les bonnes pratiques et l’information à propos de diverses politiques d’efficacité énergétique dans le secteur industriel, y compris les outils et instruments. 

la séance de cloture  a été achevée par une cérémonie de remise de certificats au profit de la première promotion qui a bénéficié ce programme.   

M. Saïd Mouline a participé à une conférence dédiée au débat relatif au corporate PPA, un nouveau « modèle énergétique » qui va booster les champs de l’autoproduction.

Une conférence-débat sous la thématique : « Enjeux énergétiques et compétitivité industrielle à l’ère des PPA » organisée par Economie Entreprise Live le 11 décembre 2019 à Casablanca.

L’objectif de cette conférence est de faire comprendre le mode de fonctionnement des PPA, leur montage financier, et le cadre juridico institutionnel qu’ils requièrent.

Le corporate PPA, est un Contrat d’Achat d’Electricité (CAE) de long terme, signé en gré à gré entre un producteur d’énergie renouvelable et un consommateur professionnel d’énergie. Il est aujourd’hui un vecteur important de la transition énergétique en ce sens qu’il pourrait jouer un rôle moteur dans le développement de l’autoproduction. Ce mécanisme de commercialisation de l’électricité présente des atouts non négligeables sur un marché en quête de stabilité à long terme mais aussi d’avantages financiers, surtout si l’on se place dans une perspective haussière des prix de l’énergie fossile.

Au-delà de l’amélioration de la durabilité de leur modèle économique, les industries énergivores ont la possibilité de réduire drastiquement leur facture énergétique et améliorer leur compétitivité industrielle.

Dans le cadre de la Conférence des Nations Unies sur les Changements Climatiques (COP25) qui se tient du 2 au 13 décembre 2019 à Madrid en Espagne, M Saïd Mouline, Directeur générale de l’AMEE, a participé à la conférence de presse Power-To-X, tenu le mardi 10 décembre 2019 de 10h à 10h45 au Pavillon Allemagne.

Selon M. Mouline: " nous vivons actuellement une réelle révolution dans le domaine des énergies renouvelables au niveau technologique mais également avec une baisse considérable du prix de production."

Concernant la partie technologique, la technologie Power-to-X propose aujourd’hui une nouvelle voie pour stocker de l’énergie propre et répondre à la problématique de l’intermittence des énergies renouvelables.  Le directeur Générale de l’AMEE a souligné que grâce à la baisse du prix de revient des énergies renouvelables et de la technologie Power-To-X, nous sommes actuellement en capacité de produire de l’hydrogène à moindre prix. Cette nouvelle donne a complétement révolutionné le modèle économique et propose en même temps un service énergétique renouvelable et en continue.

Pour rappel ce side-event a été organisé par la Ministre fédérale Allemande de l’environnement a pour objectif d’informer la presse des projets communs entre le Maroc et l’Allemagne et également d’annoncer la création du secrétariat International (PtX) pour soutenir le réseautage international.

La conférence a été organisée par l’Espace méditerranéen de technologie et d’innovation (MSTI) en partenariat avec l’Agence marocaine pour l’énergie durable (MASEN), l’Agence Marocaine pour l’Efficacité Énergétique (AMEE), l’Université Mohammed V de Rabat (UM5), la GIZ, le CNRST, Hydro Québec, et plusieurs autres organismes nationaux et internationaux.

L’IRSEC est considérée comme la plus grande conférence scientifique en Afrique et la région MENA dans les domaines des énergies renouvelables et durables.

Ce grand rendez-vous scientifique « vise à faciliter la discussion et l’échange des connaissances sur les résultats des recherches les plus récentes, ainsi que sur les défis et opportunités actuels et futurs, dans tous les domaines des énergies renouvelables et durables », soulignent les organisateurs. En effet, le public cible d’IRSEC’19 comprend toutes les personnes intéressées par ce sujet, en particulier les chercheurs, les décideurs, les ingénieurs, ainsi que les spécialistes s’intéressant à toutes les questions liées aux énergies renouvelables et durables.

Selon un communiqué de l’IRSEC, son champ d’application couvre un large éventail de sujets d’actualité, notamment les technologies des énergies renouvelables, l’efficacité énergétique, les énergies vertes, le changement climatique, les systèmes énergétiques durables et les réseaux intelligents.

Plus de 400 participants d’une quarantaine de pays ont été au rendez-vous et plusieurs ateliers tutoriaux ont été animés par des experts de renommée mondiale. Ils ont été consacrés à l’utilisation de l’énergie solaire pour la technologie de dessalement, le traitement de l’eau, le pompage et la réutilisation de l’eau, y compris les sciences et technologies connexes pour développer des technologies efficaces et des infrastructures évolutives répondant aux besoins en eau potable.

Le patronat ivoirien a organisé le 21 novembre 2019 à Abidjan le 2ème forum sur l’efficacité énergétique en collaboration avec le Groupe AOB du Maroc et l’Agence Marocaine pour l’Efficacité Energétique (AMEE), avec le soutien de la Compagnie Ivoirienne d’Electricité, la Coopération Allemande et la GIZ.

Ces assises se sont déroulées dans un contexte où le continent africain connaît un processus d’urbanisation rapide ( soutenue par une croissance démographique élevée) qui devrait se prolonger durant les prochaines décennies.

Selon les chiffres officiels révélés par la Banque Mondiale ou la Banque Africaine de Développement, la population de l’Afrique devrait atteindre 2.4 milliards d’habitants d’ici à 2050 dont 55% d’urbains, soit 1.3 milliards de personnes qui vont vivre dans nos villes, contre 455 millions à l’heure actuelle. Dans cette dynamique, l’Afrique n’a pas d’autre choix que de construire de nouveaux bâtiments durables, de restaurer, de rénover ou de réhabiliter les bâtiments existants. Cette transition devra se faire en ayant à l’esprit la réduction du gaspillage au niveau de l’utilisation de l’énergie afin d’optimiser la facture énergétique et améliorer la compétitivité des entreprises.

La Confédération Générale des Entreprises de Côte d’Ivoire (CGECI), en prenant l’initiative de ce forum à dimension internationale, à travers l’implication active de sa Commission Energie, Qualité, Hygiène, Sécurité et Environnement (E-QHSE), entend s’inscrire dans l’élan de grandes réflexions visant à rendre possible l’agenda 2030 du gouvernement ivoirien. Celui de parvenir à produire 42% de l’électricité ivoirienne à des Energies renouvelables.

Il s’agit, surtout à travers le partage des expériences qui a eu lieu au cours du forum et les recommandations qui en ont découlé, de proposer des solutions technologiques aux dirigeants du secteur privé, aux professionnels du bâtiment, des BTP et des énergies afin qu’ils améliorent l’efficacité énergétique de leurs installations.

La 3ème édition du Salon régional de l’olive de Guercif s’est ouverte vendredi, sous le thème «La formation professionnelle, un enjeu stratégique pour le développement de la filière de la production oléicole».

Organisé par la Direction régionale de l’Agriculture et la Chambre d’Agriculture de la région de l’Oriental, en partenariat avec la province de Guercif, le Conseil provincial de Guercif et l’Association du festival de l’olivier, cet évènement se poursuit jusqu’au 27 novembre courant avec pour objectif principal d’accompagner, consolider et renforcer la dynamique de développement du secteur agricole dans le cadre du Plan Maroc Vert (PMV).

Il s’agit aussi de promouvoir le rôle de la filière oléicole dans l’accroissement du développement au niveau provincial et régional, indiquent les organisateurs.

Lors de cette edition, l'AMEE a mis en place un stand professionnel animé par des équipes de l'agence ( Techniciens, Ingénieurs) mobilisées afin de satisfaire les demandes d'information des visiteurs  sur les activités de l'AMEE en matiére de l'efficacité energétique et sur ses projets en vigueur,  notamment le programme de pompage soliare pour l'irrigation solaire, ainsi que sur la formation et la sensibilisation. 

L'AMEE a participé le jeudi 07 novembre 2019 à une Table ronde "Réussir la Transition Energétique au Maroc". organisée par l’AMCDD avec le soutien de la fondation Friedrich Ebert Stiftung.

Cette table ronde  a eu pour objectif de présenter  l’analyse et les propositions du projet de la Position Paper de l’AMCDD « Pour une véritable transition Energétique du MAROC », avec les principaux acteurs nationaux agissant dans le domaine. 

Elle était l'occasion aussi de partager une lecture de l’état d’avancement de la stratégie énergétique nationale, de Débattre des propositions d’amélioration proposées par l’AMCDD, et de  Développer des recommandations pertinentes pour une transition énergétique réussie. 

Lors de cet évenement M. Saïd Mouline, DG de l'AMEE, a souligné le rôle  crucial que joue  la société civile dans la sensibilisation des citoyens à l'éfficacité énergétique: " La participation de la socité civile à la transition énergétique peut contribuer à la sensibilisation de la population aux enjeux énergétiques et à créer un engagement des citoyens dans la mise en place des mesures de l'économie de l'énergie" 

Il est à rappeler que L'Alliance Marocaine pour le Climat et le Développement Durable (AMCDD) est une alliance de plus de 800 associations et réseaux d’associations marocaines actives dans le domaine des changements climatiques et de développement durable, fondée au Maroc, fin mai 2015.

 

 

 

Page 1 sur 48

Login Form