Aller au contenu principal
Article M. Mouline The National en marge du Congrès mondial des services publics à Abou Dhabi.

Le Maroc vise à doubler sa capacité d'énergies renouvelables à 12 gigawatts d'ici 2030

Le Maroc vise à augmenter sa capacité renouvelable à 12 gigawatts d'ici 2030 alors que le pays d'Afrique du Nord continue de développer de nouveaux projets pour répondre à ses besoins croissants en électricité et renforcer sa capacité en énergie propre.

Le pays augmentera sa capacité renouvelable au cours des huit prochaines années pour dépasser les 5 gigawatts actuelles, a déclaré lundi un haut responsable au The National en marge du Congrès mondial des services publics à Abou Dhabi. Les énergies renouvelables formeront 52 % du mix énergétique total d'ici là, contre 40 % actuellement.

"Il y a un gros investissement aujourd'hui pour développer [des projets d'énergies renouvelables] dans différentes régions du pays", a déclaré Said Mouline, directeur général de l'Agence marocaine pour l'efficacité énergétique.

"Nous avons l'une des ressources éoliennes et solaires les plus compétitives [et] c'est pourquoi nous avons atteint un prix très bas avec les énergies renouvelables, moins de 3 cents par kilowattheure pour l'éolien et entre 2 et 3 cents pour le solaire photovoltaïque."

L'investissement total dans de nouveaux projets d'énergies renouvelables serait en "milliards de dollars", a-t-il dit, sans divulguer le chiffre exact.

Le Maroc, qui importe plus de 90 % de ses besoins énergétiques, a été l'un des premiers à adopter les énergies renouvelables au Moyen-Orient et en Afrique du Nord.

Il a également attiré des investissements d'entreprises émiraties telles que Masdar. La société d'énergie propre d'Abou Dhabi, en partenariat avec l'Office national de l'électricité et de l'eau potable, a mis en place un projet de système solaire domestique pour fournir de l'énergie à près de 20 000 foyers dans plus de 1 000 villes rurales à travers le Maroc.

Masdar fait également partie d'un consortium international qui a remporté un appel d'offres pour la construction d'une centrale solaire de 800 mégawatts au Maroc. Masdar, en collaboration avec EDF Renewables et Green of Africa, basé à Casablanca, construit une centrale solaire Noor Midelt de 800 MW au Maroc.

Le Maroc recherche des investissements du monde entier pour développer de nouveaux projets, a déclaré M. Mouline.

"Dans le dernier appel d'offres pour un projet éolien, nous avions 19 groupes [concurrents] du monde entier", a-t-il déclaré. "En fin de compte, nous avions trois entreprises, nous réaliserons les infrastructures et elles apporteront l’investissement."

AMEA Power, basée à Dubaï, a récemment remporté un contrat pour la construction de deux centrales solaires au Maroc.

Les projets solaires ont été attribués à AMEA Power dans le cadre d'un large appel d'offres international lancé par l'Agence Marocaine de l'Energie Durable (Masen) et le Ministère de la Transition Energétique et du Développement Durable pour la construction de la première phase de la centrale solaire multi-sites Noor PV II, qui a une capacité de 330 MW.

De nombreux pays du Moyen-Orient riches en ressources investissent également dans le renforcement de leur capacité en énergies renouvelables alors qu'ils cherchent à libérer leur pétrole brut pour l'exportation et à réduire les émissions.

Les Émirats arabes unis, troisième producteur de pétrole de l'Opep, visent à devenir neutres en carbone d'ici 2050, avec des investissements dans les énergies propres et renouvelables d'une valeur de 600 milliards de dirhams (163,5 milliards de dollars) prévus au cours des trois prochaines décennies.

Abou Dhabi, qui représente l'essentiel de la production pétrolière des Émirats arabes unis, construit la plus grande centrale solaire au monde à Al Dhafra d'une capacité de 2 gigawatts, tandis que Dubaï construit le plus grand parc d'énergie solaire au monde dans le but de réduire sa dépendance au gaz naturel et diversifier ses sources d'énergie.

Le parc solaire Mohammed bin Rashid devrait générer 5 000 MW d'électricité d'ici 2030 et générer jusqu'à 50 milliards de dirhams d'investissements.

L'Arabie saoudite, la plus grande économie du monde arabe, construit également de nouveaux projets d'énergie renouvelable dans le but de devenir neutre en carbone d'ici 2060. La Jordanie, l'Égypte et Oman augmentent également les investissements dans les énergies renouvelables.

Article M. Mouline The National en marge du Congrès mondial des services publics à Abou Dhabi.

Article M. Mouline: The National en marge du Congrès mondial des services publics à Abou Dhabi.

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.