L'AMEE a participé le jeudi 07 novembre 2019 à une Table ronde "Réussir la Transition Energétique au Maroc". organisée par l’AMCDD avec le soutien de la fondation Friedrich Ebert Stiftung.

Cette table ronde  a eu pour objectif de présenter  l’analyse et les propositions du projet de la Position Paper de l’AMCDD « Pour une véritable transition Energétique du MAROC », avec les principaux acteurs nationaux agissant dans le domaine. 

Elle était l'occasion aussi de partager une lecture de l’état d’avancement de la stratégie énergétique nationale, de Débattre des propositions d’amélioration proposées par l’AMCDD, et de  Développer des recommandations pertinentes pour une transition énergétique réussie. 

Lors de cet évenement M. Saïd Mouline, DG de l'AMEE, a souligné le rôle  crucial que joue  la société civile dans la sensibilisation des citoyens à l'éfficacité énergétique: " La participation de la socité civile à la transition énergétique peut contribuer à la sensibilisation de la population aux enjeux énergétiques et à créer un engagement des citoyens dans la mise en place des mesures de l'économie de l'énergie" 

Il est à rappeler que L'Alliance Marocaine pour le Climat et le Développement Durable (AMCDD) est une alliance de plus de 800 associations et réseaux d’associations marocaines actives dans le domaine des changements climatiques et de développement durable, fondée au Maroc, fin mai 2015.

 

 

 

L’Agence Marocaine pour l’Efficacité Energétique (AMEE) a assisté le 07 Novembre 2019 à l'atelier «Médias pour un futur renouvelable» dans le cadre d'un partenariat énergétique Marocco-Allemand (PAREMA).
 
Cette rencontre a pour objectif d'amorcer une nouvelle ère de coopération, en stimulant la communication médiatique autour des thématiques étroitement liées à la transition énergétique , et en propageant la culture durable au Maroc,où celui-ci s'est fortement engagé dans une véritable transformation énergétique.
 
La nouvelle dynamique de la coopération énergétique Marocco-Allemande s’articule autour du renforcement des investissements allemands dans le secteur de l'énergie, la création de joint-ventures, et le développement de la recherche scientifique.
 
Le Maroc importe plus de 95% de ses besoins énergétiques avec une consommation croissante et une facture énergétique de plus en plus lourde.
 
Dans ce contexte, les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique sont les seuls volets à pouvoir solutionner la problématique énergétique, tout en présentant une source importante d’opportunités d’affaires et de création d’emplois.
 
A cet effet, Mr Saïd Mouline a  précisé "l'importance de l’efficacité énergétique et les chantiers initiés dans les secteurs énergivores, notamment avec la coopération allemande où la culture durable est, avant tout une question de comportement."
Il souligne "le rôle des médias afin de favoriser une prise de conscience des citoyens, et permettre de faire avancer la transition énergétique marocaine."
 
 
Du 30 octobre au 2 novembre, la Fédération nationale de l'Électricité, de l'Électronique et des Énergies renouvelables (FENELEC)  a organisé son Global Show dans le cadre de la Foire internationale de Casablanca (FIC). Celui-ci regroupe la 13e édition d'Elec expo, la 8e édition d'EneR Event et la 7e édition de Tronica Expo. Un évènement international majeur ainsi qu'un pôle régional pour les acteurs de ces secteurs clés.
Le Global Show de la FENELEC était l'occasion pour les visiteurs d'aller à la rencontre de nombreux professionnels du secteur de l'électricité, de l'éclairage, de l'électrotechnique et de l'automatisation industrielle, dans le cadre de la 13e édition d'Elec expo.
De son côté, Ener Event, Salon international des énergies renouvelables et de l'efficacité énergétique, a accueilli des spécialistes des énergies renouvelables d'Afrique et d'autres pays.
L'édition 2019 de Tronica Expo, Salon international des composants électroniques, s'est concentré quant à elle sur les échanges et partenariats entre professionnels du secteur de l'électronique. Un secteur très important pour l'économie marocaine, et l'occasion toute trouvée d'encourager les rencontres ainsi que les signatures de contrats.
Le Global Show de la FENELEC a été inauguré par M. Aziz Rabbah, Ministre de l'Energie, des Mines et de l'Environnement, M. Moulay Hafid Elalamy, ministre de l'Industrie, du Commerce et de l’Économie Verte et Numérique, M. Saïd Mouline, Directeur Général de l'AMEE, M. Badr Ikken, Directeur Général de l'IRESEN. 

Sous le Haut Patronage de S.M le Roi Mohammed VI que Dieu l’Assiste, la 11ème édition du Salon international des équipements, des technologies et des services de l’environnement « Pollutec Maroc 2019 » se tiendra 30 octobre au 2 novembre 2019 à Casablanca.

La cérémonie d’ouverture de cette édition placée sous l’égide du Ministère de l’Energie, des Mines et de l’Environnement est organisé le mercredi 30 octobre 2019 à 14 heures  à l’Office des Foires et des Expositions de Casablanca et présidée par Monsieur Aziz RABBAH, Ministre de l’Energie, des Mines et de l’Environnement.

Le Salon a eu la participation de plus de 250 exposants de 14 nationalités différentes pour présenter les dernières innovations et technologies dans le domaine de l’environnement et du développement durable.

Comme chaque année, l'agence marocaine pour l'éfficacité énergétique a repondu presente à cet evenement grandiose qui est considéré la source d'inspiration et le moyen d'acceder facilement aux solutions, aux innovations et aux rencontrés sur ces marchés.
 
Lors de cette edition, l'AMEE a mis en place un stand professionnel animé par des équipes de l'agence ( Techniciens, Ingénieurs) mobilisées afin de satisfaire les demandes d'information des visiteurs (chercheurs, universitaires, ...etc) sur les activités de l'AMEE en matiére de l'efficacité energétique et sur ses projets en vigueur, ainsi que sur la formation et la sensibilisation. 

A noter que la séance inaugurale de cet événement a vu également l’organisation de la cérémonie de remise des Prix aux lauréats de la 4èmeédition du Programme Cleantech. Destiné aux jeunes entrepreneurs, ce Programme a pour objectif de promouvoir l’innovation et l’entrepreneuriat vert à travers l’organisation de compétitions annuelle spour la sélection des projets verts les plus innovants dans 5 catégories : Gestion rationnelle de l’Eau, Efficacité Energétique, Energies Renouvelables, Valorisation des Déchets, et Bâtiments Verts.

L’Agence Marocaine pour l’Efficacité Énergétique (AMEE) participe à la 10ème édition du Salon International des Dattes au Maroc (SIDATTES 2019), qui a ouvert ses portes, jeudi à Erfoud (Province d’Errachidia), sous le thème « Palmier dattier, levier de l’emploi et pilier de l’économie oasienne ».

La journée d'inauguration a été marquée par la visite du stand de l’AMEE, de la délégation officielle de l'exposition menée par le ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural, de l’Eau et des Forêts, Aziz Akhannouch, en présence du wali de la région de Drâa-Tafilalet, gouverneur de la province d’Errachidia, Bouchâab Yahdih, ainsi que de plusieurs opérateurs économiques et experts du domaine agricole.

Ce salon se veut un espace privilégié pour mettre en exergue l’agriculture phoenicicole, ses enjeux et ses défis et répondre à la nécessité de développer tous les sous-secteurs liés à l’écosystème oasien. Selon les organisateurs, cette édition mettra en avant le rôle majeur de la filière phoenicicole dans le développement de l’économie oasienne et son soutien à l’essor d’une agriculture équitable et durable au Maroc.

L’AMEE participe au SIDATTES 2019 dans le cadre de la promotion et le développement des systèmes de pompage photovoltaïques pour l’irrigation, et dans le but d’informer les agriculteurs sur les atouts et les avantages du pompage solaire.

Le projet « Promotion du développement des systèmes de pompage photovoltaïques pour l’irrigation » ou « GEF-pompage solaire », lancé en 2018, vise la création d’un cadre propice pour la mise en œuvre du programme national de pompage photovoltaïque pour l’irrigation localisée.

Parmi les sujets qui ont été traités lors des ateliers du salon, figurent « Les nouvelles technologies et la nano-irrigation », « Les techniques de valorisation des sous-produits du palmier dattier », et « Le conditionnement et l’énergie solaire ».

L’Agence Marocaine pour l’Efficacité Energétique (AMEE) a organisé une série de séminaires à Casablanca, Rabat et Tanger, en partenariat avec le cluster belge TWEED, sur les performances énergétiques dans les différentes branches de l’industrie. 

Incontestablement, l'un des objectifs que s'est assignée l'AMEE à sa création, soit sensibiliser sur la politique d’efficacité énergétique dans l’industrie, et sur la mise en application du nouveau décret relatif à l’audit énergétique, a été atteint, au cours de ces conférences. 

Tout au long de la journée, en effet, les performances énergétiques qui pourraient être mises en place dans les différentes branches de l'activité industrielle ont été abordées sous différents angles, de différents points de vue, par les intervenants invités à ces séminaires.

Co-organisé en partenariat avec le cluster TWEED, dédié au domaine de l'énergie en Wallonie, Région francophone de Belgique, ainsi qu'avec le soutien de Wallonie-Bruxelles International (WBI -l'administration publique chargée des relations internationales de cette Région), cette série de séminaires a vu la participation de hauts responsables, tant Belges que Marocains, ainsi que de nombreux industriels.

M. Saïd Mouline, a expliqué que "comme chaque année, des actions sont menées dans le transfert de savoir-faire technologiques entre les différents partenaires, tout particulièrement dans l’efficacité énergétique. Dans ce marché, tout le monde est gagnant. Quand on "fait" de l’efficacité énergétique, on réduit sa facture énergétique et l’on devient donc plus compétitif". 

"Aujourd’hui, cette série de séminaires est orienté en direction des industriels, afin de leur montrer que les audits, les actions d’efficacité énergétique, les financements disponibles, permettent aujourd’hui de réduire sa facture énergétique, d'être plus compétitif et d'avoir un impact environnemental positif", a également affirmé Saïd Mouline. 

"Ces rencontres montrent les savoir-faire marocain et belge. C’est une réelle révolution aujourd’hui, il y a de très grands projets dans les énergies renouvelables. Des milliers de petits projets font également baisser la facture énergétique. Nous avons ainsi un certain nombre de toits qui fonctionnent à l'énergie solaire dans plusieurs régions, installés ces dernières années. Cela démontre que les industriels sont bien informés. Il nous faut donc continuer cette sensibilisation", a, par ailleurs, expliqué Saïd Mouline.

La généralisation de l'accès à l’énergie électrique à l'ensemble du continent africain, constitue, par ailleurs, un véritable défi. A ce sujet, Saïd Mouline souligne que "lorsqu'on parle du Maroc, on parle aussi de l’Afrique, et d'une vision élargie à l'ensemble du continent. 600 millions de citoyens africains se trouvent aujourd'hui sans électricité. Il faut donc leur amener cette énergie, mais aussi la leur faire consommer correctement, c’est-à-dire ne pas la gaspiller, afin que de nouveaux modèles économiques puissent tenir la route". 

 

 

 

L’Agence Marocaine pour l’Efficacité Énergétique (AMEE) a organisé en partenariat avec le Ministère de l'Éducation Nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique une action de sensibilisation à l’efficacité énergétique au profit des élèves de l’École Écologique Abdellah Ghayat- Région d’Alhaouz –Marrakech et ce le 04 Octobre 2019.

Cette action s’inscrit dans le cadre d’une large compagne de sensibilisation à l’efficacité énergétique entamée en partenariat avec le Ministère de l'Education Nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, sur tout le territoire national, dans le but de faire bénéficier le maximum d'enfants de ce programme. Les supports de cette action de sensibilisation sont des livrets portant sur les bonnes pratiques à adopter à la maison et à l’école pour rationaliser l'utilisation de l'énergie.

S’exprimant dans son allocutions, M. le Ministre, Saïd Amzazi a mis l’accent sur l’importance de l’efficacité énergétique pour le développement durable et a loué cette initiative de l’Agence Marocaine pour l’Efficacité Énergétique qui vise à informer les élèves à optimiser la consommation énergétique et a recommandé l’instauration du principe de l’efficacité énergétique dans les manuels scolaires.

De sa part, M. Saïd Mouline, Directeur Général de l’Agence Marocaine pour l’Efficacité Energétique, a rappelé le rôle de l’Agence en matière de sensibilisation sur les mesures de l’efficacité énergétique et a indiqué que le développement des campagnes d’information auprès des publics scolaires permet de sensibiliser la population aux éco-gestes qui permettent des économies d’énergie significatives dès le plus jeune âge.

Cette opération consiste en la distribution de plus de 2000 cartables et kits de sensibilisati on en faveur des écoles écologiques de tout le Royaume.

 

L’Agence Marocaine pour l’Efficacité Energétique a organisé un atelier de sensibilisation sous le thème: «Pompage solaire : Levier d’efficacité énergétique et du développement durable dans le secteur de l’agriculture » et ce le 24 Septembre 2019 au complexe d’Ouled Haj à la ville d’Errachidia.

Cet atelier de sensibilisation a pour objectif d’informer sur les atouts et les avantages du pompage solaire ; d’échanger sur les contraintes opérationnelles (techniques, financières organisationnelles) et leur impact sur le développement durable du marché du pompage solaire et d’identifier les attentes et les priorités des acteurs régionaux et locaux pour le développement des projets de pompage solaire. 

S’exprimant à l’ouverture de cet atelier, M. Yahdih Bouchaab , Wali de la région de Drâa-Tafilalet, gouverneur de la province d’Errachidia a loué l'organisation de cet atelier de sensibilisation et a révélé que cette action offre l’occasion de partager les ambitions et les visions pour l’avenir entre tous les acteurs institutionnels, civils ainsi que le secteur privé en vue de réussir la stratégie de la transition énergétique qui émane de la plus haute autorité politique du pays, Sa Majesté le Roi Mohammed VI que  Dieu le Glorifie.

A cet effet, M. le Wali a mis l’accent sur l’importance du pompage solaire comme levier de promotion du développement rural et une valeur ajoutée pour la région Tafilalet Draa, une région leader dans le domaine des Energies Renouvelables qui abrite déjà deux projets solaires Noor Warzazate et Noor Midelt, des projets ambitieux avec de grands objectifs socio-économiques.

« Il est fortement recommandé la création d’un fonds spécial pour les énergies renouvelables et l'efficacité énergétique dans la région de Draa Tafilalet, afin d’alléger les budgets des collectivités locales de la région en matière des coûts énergétiques, la création des bureaux régionaux relevant de l’Agence Marocaine pour l’Efficacité Energétique au niveau du Royaume du Maroc, afin de porter contribution et assistance en matière d’Efficacité Energétique, a-t-il poursuivi. 

Pour sa part, M.Lahcen FARHAT, Secrétaire Général de l’Agence Marocaine pour l’Efficacité Energétique, a évoqué dans son allocution d'ouverture , les opportunités de réduction de la facture énergétique dans le secteur agricole, on appelant à une utilisation plus efficace des technologies propres  par les agriculteurs pour réduire la consommation des combustibles fossiles comme le gaz butane et le gasoil. « Le pompage solaire qui s’inscrit dans le cadre de la stratégie énergétique nationale qui place en priorité le développement des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique au Maroc, et qui vise le recours à des sources d’énergies durables, l’intégration industrielle des technologies propres et la création d’emplois verts » ajoute -t-il.

De sa part Monsieur Lyessar, représentant du ministère de l'Énergie, des Mines et du Développement durable a déclaré lors de l'atelier que le ministère de l'Énergie et des Mines avait formé des comités techniques dans les domaines des énergies renouvelables, en particulier dans le secteur agricole, dans le but d'étudier et d'évaluer l'évolution de ce domaine vital et de surveiller les contraintes pouvant entraver la continuité ce domaine.

Il a expliqué que le secteur des énergies renouvelables, en particulier la fabrication de panneaux solaires, a connu un grand développement technologique ces dernières années, qui a entraîné une baisse des coûts de production, ce qui rend la technologie de pompage solaire plus compétitive par rapport à l'utilisation du gasoil ou du gaz de butane comme carburant dans le domaine du pompage et l'irrigation agricole.

Rappelons que depuis des années, le pays s’est engagé dans une dynamique visant l’intégration à grande échelle des mesures d’économie d’énergie et de développement durable notamment dans le secteur agricole.

Afin de soutenir cette dynamique, l’Agence Marocaine pour l’Efficacité Energétique (AMEE) en partenariat avec le PNUD et le GEF, a initié un projet qui a pour finalité la création d’un cadre propice au développement des systèmes de pompage solaire dans le domaine de l’agriculture et de l’irrigation agricole, à travers :

-  La mise à niveau du secteur privé pour le développement d’un marché de haute qualité, à travers un système de normalisation et de labellisation des équipements, de certification des opérateurs et de formation des installateurs,

-     Le renforcement des capacités institutionnelles pour la structuration du marché, à travers des outils et des mécanismes de financement facilitant l’acquisition des systèmes,

- Le renforcement de la capacité nationale de production d’équipements de pompage solaire, permettant à l’industrie locale de bénéficier de la technologie et de créer des emplois

-  La mise en application d’un cadre de suivi des impacts en matière d’atténuation des émissions des GES.

L’ambassadeur du Maroc en Afrique du Sud, Youssef Amrani, a présenté, mercredi à Johannesburg, la stratégie déployée par le Maroc pour le développement des énergies renouvelables, tout en mettant en valeur la pertinence de cette stratégie pour l’Afrique, un continent qui fait face à de nombreux défis liés à l’impact des changements climatiques.

S’exprimant à l’ouverture  du «Power Week Africa», M. Amrani a, d’emblée, rappelé l’initiative de Sa Majesté le Roi Mohammed VI d’inviter plus de 30 pays africains au premier sommet africain de l’Action sur les changements climatiques, organisé à Marrakech en marge de la COP22 (2016).

C’était un sommet opportun eu égard à la priorité que tous les pays africains doivent accorder aux questions relatives aux énergies renouvelables et leur développement, a dit l’ambassadeur, rappelant les efforts déployés par le Maroc, depuis plus de 10 ans, pour la promotion, à l’échelle continentale, d’une vision intégrée, inclusive et concertée de ces questions.

«Le Maroc est convaincu que la mise en œuvre de toute stratégie durable et viable pour la lutte contre les changements climatiques doit être soutenue par tous les pays africains», a-t-il dit, soulignant que le Maroc demeure engagé, aux côtés des autres pays africains frères au sein de l’Union africaine, en faveur d’une Afrique orientée vers l’avenir et maitre de son propre destin.

Les défis sont de taille mais avec la détermination de toutes ses composantes, l’Afrique saura les relever, a encore dit le diplomate, soulignant que l’objectif ultime reste de construire une Afrique résiliente aux changements climatiques et engagée sur la voie d’un développement durable tout en respectant l’équilibre environnemental et social.

Dans cette veine, M. Amrani a relevé que l’Afrique doit parler d’une seule voix pour demander la mobilisation des ressources nécessaires.

«Il est de notre devoir de donner une forte impulsion à l’émergence africaine et continuer à avancer vers la réalisation des objectifs identifiés, a-t-il poursuivi.

Le diplomate a cité le projet de gazoduc Maroc-Nigeria comme un modèle de partenariat africain qui devra accélérer la mise en œuvre de projets d’électrification au profit des populations, créer un marché énergétique compétitif et contribuer à l’industrialisation et l’intégration de la région d’Afrique du l’Ouest et du Nord.

Par ailleurs, M. Amrani a relevé que la conférence de Johannesburg offre l’occasion de partager les ambitions et les visions pour l’avenir.

Il a, dans ce contexte, passé en revue les différentes réformes initiées dans le Royaume, soulignant que cette stratégie, qui émane de la plus haute autorité politique du pays, s’assigne comme objectif de réaliser le développement de l’efficacité énergétique et renforcer l’intégration régional.

Sur le plan institutionnel, la priorité a été accordée aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique à travers la mise en place de l’Agence marocaine pour l’efficacité énergétique (AMEE) et la Moroccan Agency for Sustainable Energy (MASEN).

Ce cadre institutionnel a été amélioré avec l’accélération de la transition énergétique pour assurer une meilleure coordination entre les différents acteurs et servir d’appui au investisseurs nationaux et étrangers, a dit M. Amrani, avant de conclure que l’Afrique, un continent qui connaît une profonde mutation structurelle, se trouve dans une phase décisive de son histoire qui requiert la mise en œuvre de stratégies concertées et des mécanismes innovants pour pouvoir continuer résolument sa marche vers davantage de développement.

Pour sa part, Saïd Mouline, directeur général de l’AMEE, s’est attardé sur les objectifs de la stratégie, notamment de porter la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique national a 42 pc en 2020 et a 52 pc a l’horizon 2030.

Il a relevé que le cadre régulateur du secteur a été renforcé et des outils financiers ont été mis en œuvre avec les institutions financières locales pour financer des projets d’efficience énergétique dans les secteurs du bâtiment, de l’industrie et de l’agriculture.

A la faveur des efforts déployés dans ce domaine, le Maroc s’est positionné en tant qu’acteur actif dans les négociations internationales sur les changements climatiques, a dit le responsable.

Parmi les autres initiatives entreprises par le Royaume, M. Mouline a cité la Proclamation de Marrakech pour l’action en faveur du climat et du développement durable, adoptée lors de la COP22. Il s’agit, selon lui, d’une initiative qui a marqué un tournant vers «une nouvelle ère de mise en œuvre et d’action pour le climat», qui a incité les acteurs non-Etatiques à s’associer aux gouvernements pour prendre des mesures visant à atténuer les changements climatiques.

Le Maroc a également lancé, lors de la COP22, un plan pour l’adaptation du secteur agricole africain et a continué de défendre avec efficacité les préoccupations africaines lors de la COP23, a ajouté le directeur général de l’AMEE, notant que le sommet africain de l’action organisé en marge de la COP22 a été destiné à montrer comment divers secteurs liés aux changements climatiques comme l’agriculture, l’énergie, et l’eau, peuvent être développés en Afrique par des acteurs africains.

Illustrant le déploiement à l’échelle continentale de cette stratégie soutenue au plus haut niveau de l’Etat, M. Mouline a cité l’implication de l’Office Chérifien des Phosphates (OCP) qui œuvre pour le développement de ses activités agricoles en Afrique, les actions entreprises par MASEN et la mise en place par l’AMEE d’un centre de formation africain, soutenu par l’UNESCO.

Ce centre, a-t-il dit, est un exemple du partage d’expertise entre les acteurs africains.

La conférence «Power Week Africa» se tient avec la participation de professionnels et d’experts du secteur de l’énergie venus de plusieurs pays, notamment africains. Elle se veut une plateforme de networking et d’échange d’expertise pour le développement du secteur dans le continent. Plusieurs investisseurs prennent aussi part à ce conclave de cinq jours.

 

Page 1 sur 47

Login Form