Jiha Tinou (« ma région » en arabe et amazigh), la stratégie territoriale de l’AMEE en matière d’énergies renouvelables et d’efficacité énergétique vise à encourager les initiatives locales, tout en favorisant la déclinaison de la stratégie énergétique nationale au niveau des territoires et collectivités du Royaume. A travers son approche stratégique territoriale, l’AMEE s’inscrit au cœur de la dynamique de Régionalisation avancée, lancée par Sa Majesté le Roi Mohamed VI que dieu l’assiste, en novembre 2008. 

Jiha Tinou4Lancée en 2012 et s’étalant sur 8 ans, la stratégie Jiha Tinou cherche à optimiser la capacité des acteurs locaux à contribuer, à leurs niveaux, aux objectifs énergétiques du Maroc à l’horizon 2020, en encourageant la maîtrise de l’énergie à l’échelle locale, et en renforçant la capacité communale et régionale à valoriser les ressources locales en énergies renouvelables. C’est  ainsi que Jiha Tinou place les citoyens et leurs élus locaux au cœur de la dynamique de changement, en tant que porteurs stratégiques et catalyseurs d’initiatives énergétiques territoriales.

La stratégie Jiha Tinou 2020 vient en soutien aux acteurs locaux, en apportant une assistance de proximité ainsi qu’un accompagnement tout au long du cycle de planification. Cet accompagnement se traduit notamment par :

  • Un appui à la gouvernance locale : l’accompagnement des décideurs locaux et l’encadrement de structures locales de pilotage, cf.  « équipes énergie ;
  • Le renforcement des capacitésinstitutionnelles et personnelles, dans l’objectif de soutenir la mise en œuvre d’actions communales et de générer, à terme, une offre locale en formation continue, adaptée aux besoins des collectivités ;
  • L’accès à l’information, la sensibilisation et l’orientation du citoyen : par le soutien aux stratégies et actions de communication locales, le développement d’outils, la création de réseaux et l’établissement d’ « espaces info énergie » ;
  • L’appui à la réalisation de projets d’investissement, par le développement de schémas institutionnels-financiers permettant aux collectivités d’investir dans les technologies qui leur permettent de maîtriser la consommation énergétique des bâtiment et infrastructures communaux. 

Photo JTPour faciliter et structurer la planification énergétique locale, Jiha Tinou s’appuie sur un cadre méthodologique d’inspiration européenne, le MENA Energy Award (MEA. Le MEA est un outil de planification et de certification énergétique communale, développé et appliqué pour la première fois dans le cadre du Cycle Pilote Jiha Tinou (2012-2014). Il permet de faciliter la planification énergétique territoriale intégrée. Le développement de modèles de gouvernance, et la réalisation de projets concrets, à l’échelle des collectivités territoriales. Les villes pilotes-Agadir, Chefchaouen et Oujda-, trois communes urbaines de tailles et de positions géographiques distinctes, ont été sélectionnées suite à un appel à candidatures.

Ces communes seront ainsi, aux cotés des trois communes rurales qu’elles ont chacune parrainées, les premières villes de l’Afrique du Nord à adhérer au MENA Energy Award.

L’appui de multiples partenaires

L’Amee est accompagnée dans la mise en œuvre de Jiha Tinou et du premier Cycle pilote MENA Energy Award parla Coopération Suisse (REPIC), l’Agence Française de l’Environnement et de la Maîtrise de l’énergie (ADEME), le Forum European Enery Award (EEA) et l’Institut pour le Développement, l’Environnement et l’énergie (IDE-E). En plus de ces porteurs stratégiques, L’AMEE a su mobiliser plus d’une vingtaine de partenaires nationaux et internationaux qui apportent leur soutien stratégique, technique et financier à la mise en œuvre de Jiha Tinou et aux projets pilotes qui s’y inscrivent.

MENA Energy Award 

*Le MENA Energy Award est une méthodologie, inspirée de l’European Energy Award, eea® employée actuellement dans 9 pays d’Europe, par plus de 1000 communes, adaptée au contexte marocain. Le MEA offre un arsenal d’outils méthodologiques relatifs à la planification énergétique communale et à la certification (cf. label mea®) des communes les plus engagées en matière de développement énergétique durable. Le pilotage du MENA Energy Award, et notamment de sa première application en Afrique du Nord, est assuré par l’Aderee, en partenariat avec la Coopération allemande au développement international (GIZ), l’Agence française de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), la Coopération suisse (REPIC), le Forum European Energy Award et l’Institut pour le Développement, l’Environnement et l’Energie (IDE-E) qui en assure la coordination.


Au niveau territorial, Jiha Tinou a permis un appui direct aux équipes communales et aux acteurs publics et privés locaux, en étroite concertation avec les partenaires stratégiques.

 - L’appui à la création de structures locales de gouvernance énergétique, notamment la constitution et l’accompagnement de 3 équipes Energie (composées d’élus, de cadres et d’agents techniques communaux), et l’appui à la mise en œuvre - par ces équipes - d’un cycle complet de planification énergétique communale: un état des lieux, la planification, la gestion et mise en œuvre de projets prioritaires, et l’auto-évaluation d’initiatives locales;

 - L’organisation et l’appui à la participation des agents communaux à 10 formations et 20 ateliers techniques directement liés à la mise en œuvre des actions prioritaires ; résultant en la formation de 470 personnes, dont 259 personnes uniques;

- L’appui à la réalisation de 17 projets de démonstration par une assistance technique (appui au développement de modèles institutionnels-financiers, publics et publics-privés ; assistance technique au montage et à la réalisation d’actions locales ; encadrement des experts, rédactions de cahiers des charges et d’outils méthodologiques ;

- L’organisation et la co-organisation de 8 conférences et séminaires, dont une grande conférence nationale le 4 octobre 2013 à Rabat ; la participation dans 7 panels et symposiums, ainsi que la participation des représentants communaux au débat national des Etats Généraux de l’Efficacité Energétique, qui s’est déroulé durant l’année 2013.

next stepLe Cycle II (2015-2017) devra construire - autant au niveau de la gouvernance nationale qu’au niveau de l’appui aux processus locaux - sur les acquis, les expériences et les leçons apprises de la phase pilote. Cette phase vise ainsi d’élargir le nombre de villes qui s’engagent pour le développement énergétique durable, de renforcer la structure de gouvernance nationale permettant d’optimiser le soutien aux acteurs locaux, de pérenniser les processus locaux, et d’introduire un certain nombre d’innovations à l’approche initiale, notamment en matière de création d’emplois, d’adaptation au changement climatique et d’interdépendance énergétique entre milieux urbains et ruraux, tout en mettant l’accent sur la structuration de partenariats public-privés.

La phase II permettra de renforcer et de formaliser le partenariat entre la Commune, la Province, la Région et l’Etat, ainsi qu’avec les organismes du secteur privé, académique et associatif, qui forment les structures locales d’appui à Jiha Tinou. Cet ancrage local, régional et national permettra à la collectivité de renforcer davantage et de pérenniser sa politique énergétique locale, tout en contribuant au dialogue national sur les réformes règlementaires énergétiques en cours.

La phase II devrait permettre également l’adhésion au processus Jiha Tinou d’au moins 7 villes nouvelles, à partir d’un Appel à candidature II, à l’exemple de l’appel lancé en octobre 2012. Les villes adhérentes seront amenées à signer une convention avec l’AMEE (P’ACT Jiha Tinou) engagent les parties signataires à la collaboration mutuelle en faveur du développement énergétique territorial.