Titre : UN report assesses ‘huge benefits’ and challenges of green energy revolution

Source/référence : http://www.un.org/apps/news/story.asp?NewsID=56741#.WSMsXX3l2oy

Date : 12 mai 2017

News : Le dernier rapport des Nations Unies sur les technologies d'efficacité énergétique montre que les technologies à faible intensité de carbone contribuent apparemment à l’amélioration de la qualité de l'air, à l'économie d'eau et à la réduction de l'utilisation des terres et pourraient réduire 25 milliards de tonnes d'émissions de gaz à effet de serre et 17 millions de tonnes de particules par an. Intitulé «Choix des technologies vertes: les incidences environnementaux des technologies à faible teneur en carbone», ce rapport qui vient d’être publié aujourd'hui au Forum de l'énergie de Vienne, a été rédigé par un groupe d'experts éminents en gestion des ressources naturelles hébergé par UNEP- UN Environment Program -. Ces experts ont examiné huit technologies d'efficacité énergétique et 36 sous-technologies dans les secteurs du bâtiment, de l'industrie et des transports et ont fourni une évaluation globale des avantages, des risques et des compromis rencontrés lorsque des technologies d'efficacité énergétique sont déployées parallèlement avec des technologies d'alimentation électrique à faible émission de carbone. Le rapport a comparé deux scénarios: l'un où la température mondiale s’élèverait de 6 degrés Celsius et l'autre en où la cible mondiale de plus de 2 degrés Celsius par rapport aux niveaux de l'ère préindustrielle serait atteinte. Dans le cas du scénario 2, Les principaux bénéfices seraient :        La production d'énergie à faible émission de carbone et les technologies d'efficacité énergétique vont réduire

d’environ 25 milliards de tonnes par an les émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050, soit environ 34% inférieures

aux émissions sous la forme habituelle.          Les technologies énergétiques à faible teneur en carbone vont économiser plus de 200 milliards de mètres cubes

d'eau par an et près de 150 000 kilomètres carrés d'occupation du sol d'ici 2050. Cependant la mutation vers des technologies énergétiques à faible teneur en carbone va nécessiter plus de 600 millions de tonnes de ressources métalliques d'ici 2050 pour des besoins supplémentaires en matière d'infrastructure et de câblage.

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

Titre : Schneider Electric Builds Energy Efficiency With Business Intelligence

Source/référence : http://www.informationbuilders.com/applications/schneider-electric

Date : 24 avril 2017

News : Avec 80 ans d'expérience dans les domaines du CVC - chauffage, ventilation et climatisation -, de l'énergie et de la sécurité, Schneider Electric emploie plus de 8 000 personnes dans le monde avec des partenaires dans 80 pays. Afin de se tenir à jour dans une industrie au rythme accéléré, Schneider Electric a sélectionné WebFOCUS Business Intelligence (BI) et iWay Software de l’entreprise new-yorkais leader dans le BI « Information Builders ». Sherry Mattson, responsable de la programmation chez Schneider Electric, explique : «Nous avions un outil de reporting inconsistant et peu convivial. Il était difficile d’en extraire des informations, et encore plus difficile d'essayer de les distribuer à la communauté des affaires. Nous avions besoin d'une plate-forme de BI avec plus de fonctionnalités ». Au fur et à mesure que le cycle d'évaluation progressait, il était devenu évident que WebFOCUS correspondait le mieux aux exigences détaillées de Schneider Electric.

En tant que plate-forme de BI complète accessible via des tableaux de bord robustes en libre-service, WebFOCUS pourrait offrir l'évolutivité, la convivialité et les performances requises par l'équipe de Mattson tout en offrant une compatibilité générale avec les sources de données déjà existantes. La capacité de WebFOCUS à créer des rapports actifs – active reports-, dans lesquels les données et les analyses sont combinées en packages hautement mobiles pour les utilisateurs distants ; combinée avec celle du logiciel iWay, - extraction, transformation et chargement (Extract, transform, and load ETL) - ont permis à l’équipe de recherche de simplifier les tâches d'intégration des données, telles que l'accès aux informations de plusieurs systèmes ERP différents et leurs regroupements en une base de données cohérente.

Brent D. Schultz, directeur financier chez Schneider Electric, précise : « Nous nous orientons davantage vers une gestion des exceptions, qui consiste à automatiser de plus en plus nos processus métier et à limiter l'intervention humaine seulement au cas où un problème ou une exception surviennent. Par exemple, si nous avons une marge bénéficiaire particulièrement faible, nous pouvons nous concentrer sur le problème posé sans naviguer à travers des informations inutiles.»

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

Titre : Improving energy efficiency in cities could save billions in energy costs

Source/référence : http://www.consultancy.uk/news/13292/improving-energy-efficiency-in-cities-could-save-billions-

in-energy-costs

Date : 12 avril 2017

News : Dans un nouveau rapport de la société de consulting multinationale Arthur D. Little intitulé «Un changement radical dans la consommation énergétique dans les villes - Cas de l'Espagne», les experts ont examiné les bienfaits que les collectivités locales peuvent avoir sur les tendances principales dans le paysage énergétique en particulier dans les grandes régions métropolitaines. Le rapport est basé sur 15 des plus grandes villes d'Espagne et représente la consommation d'énergie dans la chaîne de valeur du secteur résidentiel, des services et des transports. Les villes ont été analysées en fonction de leur performance selon 11 indicateurs clés liés à l'efficacité énergétique. Ces indicateurs sont :

l’indice d'efficacité énergétique, la consommation énergétique du transport par habitant, la proportion

des déplacements en voiture, le taux de pénétration des voitures électriques et leurs nombres par habitant, le pourcentage du parc du transport commun efficace et celui hors diesel, la consommation électrique des ménages, le pourcentage des maisons certifiés et l’intensité des services.

Selon les conclusions de ce rapport, l'introduction de 11 milliards d'euros dans des programmes d'efficacité énergétique dans les quinze plus grandes villes d'Espagne devrait induire une économie pour les consommateurs de 3,2 milliards d'euros par an en coûts énergétiques tout en réduisant jusqu'à 25% les émissions des particules fines.

Sur la base de cette analyse, les experts incitent les responsables communaux à garder les efforts d'efficacité énergétique sur leur feuille de route des projets du secteur de l’énergie et du bien-être des citoyens.

 
 
Titre : How automation can best affect the ratio that defines energy efficiency Source/référence:http://www.controlglobal.com/articles/2017/how-automation-can-best-affect-the-ratio-that- defines-energy-efficiency/ Date : 23 février 2017 News : Une fonction essentielle du management de l’énergie – ME -, qui est le processus de suivi, de contrôle et de préservation de l'énergie dans un espace quelconque, est cette préservation. De par les lois de la physique, l’énergie conservée n'a pas besoin d'être générée et plus la source de l’énergie est proche de son utilisation finale, meilleure est l’efficacité énergétique. Ainsi, l'automatisation a un rôle important à jouer dans la gestion de l'énergie suivant le principe que l'on ne peut contrôler ce que l'on peut mesurer. Au niveau macro, pour une conversion économique et une transmission sécurisée de l'énergie à grande échelle, l'instrumentation et les contrôles sont essentiels aux programmes ME. Au niveau micro, les périphériques sans fil gèrent intelligemment leur énergie en s'éteignent eux-mêmes ou leurs composants à forte intensité énergétique en cas de non nécessité. Reste à rappeler qu'aucun procédé n'est efficace à 100% et qu’à chaque fois que l’on change d'énergie d'une forme à l'autre, cela induit un coût. *-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-* Titre : Urbanisation can be good for the environment Source/référence:http://www.eco-business.com/opinion/urbanisation-can-be-good-for-the-environment/ Date : 27 février 2017 News : L'urbanisation n'a jamais été aussi forte dans les pays, développés et en développement, que maintenant. Même si le « New Urban Agenda» - document final convenu lors de la conférence des villes Habitat III qui s’est tenue à Quito (Équateur/octobre 2016) - prévoit que ce siècle sera témoin de l’accroissement important de la population mondiale vivant en milieu urbain, cette tendance n’est pas récente et les prévisions dans ce sens datent de plus de quatre décennies. Par ailleurs, ce document révèle que les villes seraient responsables de 75% des émissions mondiales de CO2 - les transports et les bâtiments sont parmi les plus importants contributeurs -. Afin de construire la résilience urbaine et d’atténuer le changement climatique et s'y adapter, la complexité de la problématique de la protection de l’environnement reste l'un des principes fondamentaux abordés. Pour tirer des avantages environnementaux de l'urbanisation et de la connectivité actuelle, les urbanistes et les gouvernements devraient envisager d'exploiter la ville avec le même esprit qu'une société multinationale : recueillir et traiter efficacement les données clés et établir des stratégies claires sur le long terme. C’est là où le secteur privé doit contribuer par son expertise sectoriel, en travaillant avec les municipalités et les partenaires. Cette collaboration pourrait se faire, d’une part, au niveau des processus de suivi, de gestion et de prévision des mesures de durabilité telles que le carbone, l'eau et les déchets -smart water, smart energy, smart waste - ; et, d’autre part, au niveau de la réalisation des plans d’optimisation des performances des infrastructures du bâtiment – smart building - et de durabilité à long terme afin de répondre aux priorités, aux besoins et aux enjeux. *-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*Titre : Adaptive wireless transmission strategy for maximizing energy efficiencySource/référence : http://jwcn.eurasipjournals.springeropen.com/articles/10.1186/s13638-017-0807-5 Date : 21 janvier 2017 News : Durant cette dernière décennie et afin de répondre à la croissance explosive de la demande des applications sans fil - wireless - à haut débit de données et aux exigences des diverses qualités de service - QoS -, la consommation d'énergie dans les systèmes de transmission sans fil est en constante augmentation. De nos jours, les terminaux sans fil sont généralement alimentés par des batteries. Ainsi en raison de la limite de la capacité de celles-ci, le fort taux de consommation de l’énergie affecte les performances de ces terminaux. Par conséquent, il est très important de réduire leur consommation d'énergie et d'augmenter leur efficacité énergétique. Un article publié dans « Journal on Wireless Communications and Networking » par des chercheurs de l’Université de Donghua à Shanghai, propose une stratégie de transmission sans fil adaptative - Adaptive Wreless Transmission AWT- dans laquelle le mode de transmission est commuté entre le mode de transmission directe - direct transmission DT- et le mode de transmission relais bidirectionnelle - two-way relay transmission TWRT-. La stratégie AWT proposée est basée sur le calcul du seuil de vitesse de transmission qui rendrait l’efficacité énergétique des deux modes DT et TWRT égale. Ce calcul s’est fait avec un algorithme de détermination de seuil de vitesse de transmission - transmission rate threshold determining algorithm TRTD -. *-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-* Titre : Can we alter the market in favour of energy efficiency?Source/référence : http://www.eco-business.com/press-releases/can-we-alter-the-market-in-favour-of-energy- efficiency/ Date : 7 décembre 2016 News : À première vue, la réduction de la consommation mondiale d'énergie semble constituer une lutte idéologique entre les négationnistes et les défenseurs du changement climatique. Mais, l'obstacle réel à la promotion de la durabilité environnementale se situe dans son antagonisme avec les fondements de l'économie mondiale. Alors que les défenseurs du changement climatique font campagne pour réduire au minimum l'utilisation de l'énergie et des matériaux, le marché mondial prône des profits croissants ; et tant que la durabilité ne se traduira pas par un accroissement des bénéfices, la demande des consommateurs restera faible. Sans aborder cette question clé, la responsabilité environnementale restera une entreprise infructueuse qui se limitera à la marge de la société. Ainsi au début des années 2000, l'Union Européenne a été chargée de réduire les émissions GES du secteur de la construction qui, à l'époque, était responsable de plus de 40% des émissions mondiales. Alors que l'efficacité énergétique des nouvelles constructions pouvait être abordée directement avec la nouvelle réglementation des bâtiments, les bâtiments préexistants inefficaces représentaient un défi très important. En introduisant les certificats de performance énergétique - Energy Performance Certificates EPC-, l’UE avait trouvé un moyen permettant aux propriétaires d’améliorer l’efficacité énergétique de leurs biens sans un impact financier direct tout en favorisant les changements en cours sur le marché. Cependant, après plus d'une décennie d'utilisation, la confiance dans ces certificats a considérablement diminué. Le comportement de l'acheteur ne semble pas avoir été influencé de façon significative par l'introduction des EPC. Contrairement aux premières prédictions, alors que la localisation et le prix demeurent les deux facteurs les plus importants, seulement 5% des ménages anglais et 10% des ménages néerlandais ont pris en compte l'efficacité1énergétique dans leur décision d'achat. En outre, bien que 80% des propriétaires allemands soient au courant des EPC, plus de 50% ne font pas confiance aux labels attribués.*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*Titre : Emerging Markets Are Deploying More Renewables Than Developed NationsSource/référence : https://www.greentechmedia.com/articles/read/For-the-First-Time-Emerging-Markets-Are-Deploying-More-Renewables-Than-DevDate : 19 décembre 2016News : Un nouveau rapport publié la semaine dernière par BNEF - Bloomberg New Energy Finance - affirme que les pays émergents déploient davantage les énergies propres que les pays développés.Focalisé sur les conditions et les opportunités du marché des énergies propres dans 58 pays de l’Amérique du Sud, Afrique et Asie et dans les pays de l’OCDE - Organization for Economic Co-Operation and Development OECD-, ce rapport note qu’en 2015, les premiers ont établi un record avec un déploiement de 70 gigawatts d’énergie propre, comparé à 59 gigawatts déployés dans les pays de l’OCDE. Ainsi, toujours en 2015, la somme des investissements des pays émergents dans les technologies propres a atteint 154.1 MM$, 80% de ces pays ont un programme national d’énergie propre et 75% ont un objectif de réduction des GES.

DSCN2344

News

2 déc 2019 : L'AMEE participe à la 7e conférence internationale sur les énergies renouvelables et durables

La conférence a été organisée par l’Espace méditerranéen de technologie et d’innovation (MSTI)...
Lire la Suite...

23 Nov 2019 : L'AMEE participe à la 3ème édition du salon régional de l’olive de Guercif

La 3ème édition du Salon régional de l’olive de Guercif s’est ouverte vendredi, sous le thème...

Lire la Suite...

Login Form